Ouvrir un compte bancaire dans le pays des Soviets n’est pas évident quand on ne connaît rien de la langue russe. Chaque filiale a ses propres règles si bien que parfois il est difficile de s’y retrouver. Voici quelques conseils pour une ouverture facile d’un compte en Russie.

La nécessité d’avoir un compte dans les banques locales

Il est recommandé d’ouvrir un compte en Rouble lorsqu’on compte...s’expatrier en Russie. En effet, ceci est essentiel pour faciliter les transactions. De plus, les distributeurs automatiques de billets russes n’acceptent pas les cartes bancaires étrangères non munies d’un code PIN. Pour celles pourvues de code, le montant retirable est limité à 7500 roubles, soit environ 136 euros. Les étrangers ont donc intérêt à avoir un compte bancaire dans le pays pour ne pas se retrouver dans des conditions de précarité.

Les documents nécessaires et les démarches à suivre pour l’ouverture du compte

Ouvrir un compte bancaire en Russie est relativement simple. L’opération dure une dizaine de minutes. Il suffit de compléter les formulaires nécessaires et se munir du passeport et de sa traduction officielle notariée, du visa tamponné, de la carte d’immigration ainsi que l’enregistrement. Il faut compter 5 jours pour le transfert d’argent entre une banque européenne et une banque russe. Les Russes n’utilisent pas de chèques pour les moyens de transaction. Une fois le compte ouvert, il faut tout de suite demander une carte de payement.

On peut également suivre l’évolution du compte et effectuer des opérations via les plateformes bancaires sur internet. Les échanges sont plus simples avec les banques étrangères basées sur place puisque leur personnel y parle l’anglais. VTB, Sberbank, Citibank et Raiffeisen sont les établissements les plus crédibles en Russie.

Les frais pour ouvrir un compte en Russie

Pour l’ouverture du compte, il faut au moins prévoir le tarif de la traduction du passeport ainsi que les fraîches prestations du notaire. Cette somme peut atteindre en moyenne les 800 roubles.

Photo par Hamza Butt (Creative Commons)